Races de chiens antagonistes

Dans son quartier, Mazout a ses copains… et maintenant son ennemi juré ! Il s’agit d’un Shar peï. Ce qui est amusant, c’est que ce chien semble bien élevé, avec un maître relativement attentif qui le promène parfois sans laisse, ayant visiblement confiance en la qualité d’écoute de son chien, exactement comme je le fais avec Mazout.

Seulement voilà, dès qu’ils se croisent, ils se transforment en monstres ! Mazout, si calme, si doux, sympathique et amical d’ordinaire, devient une bête féroce. Et le Shar peï n’est pas en reste. S’ils se croisent ils s’approchent, se jaugent, grognent, et si on laisse faire ils se jettent l’un sur l’autre les crocs en avant.

Ils se sentent même avant de se voir… En effet, le Shar peï accompagne souvent son maître dans l’échoppe où il travaille, et il reste couché sagement. Mais si nous passons devant la boutique, bien que la porte soit fermée, Mazout commence à se hérisser quelques mètres avant et au moment où nous passons devant la porte, les deux ennemis se jettent contre la porte vitrée en grognant, chacun de son côté…

Il se trouve qu’il s’agit de deux mâles, ce qui peut laisser supposer que c’est juste la confrontation logique entre deux dominants. Sauf que voilà : Mazout n’est pas dominant, il peut tout à fait côtoyer d’autres mâles sans que la situation ne dégénère ; et puis il s’est déjà à moitié battu avec des femelles de certaines races.

Dans le collimateur de mon Labrador : les Shar Peï donc, mais aussi les Scottish et les Malinois.

Par deux fois il s’est fait sauvagement attaquer par un Terrier écossais, qui pourtant ne fait pas vraiment le poids physiquement. La première fois, nous passions devant une auto-école dont la porte était ouverte quand le Scottish s’est rué hors de la pièce et a littéralement sauté à la gorge de Mazout. Ce dernier était franchement indigné : il ne s’est même pas défendu mais jetait des regards scandalisés vers son agresseur et vers moi. Une fois le fauve miniature rattrapé par sa maîtresse confuse, j’ai vu que Mazout avait une goutte de sang sur le poitrail : le petit terrier ne lui avait pas tranché la gorge, je pense plutôt qu’il s’était cassé une dent sur mon costaud de Labrador 😉

Quant aux Malinois, Mazout en a côtoyé deux, très bien dressés, qui appartiennent à des amis. Avec le mâle, ils peuvent à peu près cohabiter mais il ne faudrait pas qu’ils convoitent le même bâton. Avec la femelle, ils s’entendent mieux, mais elle le torture un peu quand-même, le chahute, le mord, le houspille.

Par contre, jamais au grand jamais Mazout ne s’est frictionné avec un autre Labrador ou avec un Golden retriever. C’est comme s’ils sentaient qu’ils étaient cousins : dès qu’ils se croisent, ils remuent la queue et manifestent leur envie de jouer, quels que soient l’âge et le sexe du cousin.

Avez-vous remarqué d’autres ententes et mésententes particulière entre des races de chiens ? N’hésitez pas à poster vos commentaires !

Laisser un commentaire