L’espace sanitaire canin

N’étant pas à l’origine fan du ramassage, des « canicrottes » et autres sacs plastiques pour ramasser les déjections de mon chien, c’est avec un grand plaisir que j’ai vu apparaître à Lyon les espaces sanitaires canins.

Précisons dès maintenant que cette mesure est loin d’exister uniquement à Lyon, mais déclinée dans de très nombreuses villes de France, chacune ayant sa spécificité signalétique ou ornementale.
La signalétique lyonnaise est tout simplement géééniaaale, et c’est pourquoi les panneaux ont rapidement été la cible des collectionneurs… on peut cependant encore en admirer quelques-uns.

J’ai appris à Mazout, dès son plus jeune âge, à ne pas crotter n’importe où. Je me rappelle précisément certaines scènes où, le voyant s’accroupir en ville au beau milieu d’un trottoir, je lui ai crié « Non Mazout ! », avant de piquer un sprint avec lui jusqu’à un endroit qui me semblait plus approprié : tour d’arbre, buisson, ou tout espace semblant vaguement naturel et pas trop bitumé, en tout cas, où il y avait peu de chances pour qu’un passant étourdi marche dans son œuvre…

Lorsque les espaces sanitaires canins ont été mis en place, Mazout a tout de suite compris le principe, ce que d’ailleurs je ne m’explique pas vraiment car certains espaces sont simplement délimités par une minuscule bordure.Mais je suppose que la fréquentation canine appelle la fréquentation canine, et que les douces effluves émanant de ces endroits viennent faire frémir la truffe de nos amis qui s’empressent d’aller y ajouter leur propre odeur.

Le principe de l’espace sanitaire canin est le suivant : on peut y faire crotter son chien sans ramasser son œuvre, les services de nettoyage de la ville s’en chargeant pour nous. La raison de ce cadeau : mieux vaut pour les employés municipaux ramasser 20 crottes au même endroit que s’arrêter tous les 10 mètres.

Remplis de terre battue ou de sable, ils sont plus ou moins grands, plus ou moins délimités, mais leur marque distinctive est la borne centrale, en bois ou en pierre, sur laquelle nos toutous peuvent fièrement lever la patte.

Certaines zones de la ville sont très bien équipées, tandis que d’autres manquent cruellement de tels espaces.
Un point négatifconcernant certains espaces sanitaires : certains sont attenants à des petits parcs ou squares sans réelle séparation. On trouve par exemple un espace sanitaire d’environ 1 mètre carré jouxtant un petit carré de verdure et de buissons, avec pour seule séparation un cordon placé à moins de 50 centimètres du sol.

Bien évidemment la plupart des chiens font leurs besoins dans les plantes et non dans l’espace sanitaire à proprement parler… Personnellement je n’arrive pas à faire comprendre à Mazout qu’il ne peut pas aller dans les buissons.

Pourtant il reconnaît très bien les limites des autres espaces.

Certains sont attenants à des espaces canins de liberté, sensés être des aires de jeux pour les chiens.

Si je suis enthousiasmée par les espaces sanitaires, ces espaces de liberté me laissent perplexe.

Tout d’abord ils sont presque tous d’une superficie ridicule et je ne vois pas quelle liberté ils apportent à nos chiens, sinon celle de tourner en rond dans 6 mètres carrés… Mazout a plus de latitude de mouvement dans n’importe quelle pièce de mon appartement… Espace de liberté pour lapins nains à la rigueur…

Ensuite ils ne ferment pas tous, ce qui fait que si on veut y faire sympathiser deux chiens, il faut tout de même être attentif à ce que leurs ébats ne finissent pas sur la route.Les limites de l’espace ne sont jamais pleines, mais constituées de barreaux parallèles, il est impossible d’y jouer à la balle car elle passe « entre les mailles du filet ».

Encore pire, l’un des espaces de liberté est situé le long d’un muret, garde-fou surplombant les quais du Rhône plusieurs mètres plus bas (voir photo). Le jour où j’ai découvert qu’y jouer à la balle n’était pas une bonne idée, Mazout a sauté sur le muret pour sortir de l’espace et courir après sa balle… Il aurait très bien pu tomber du muret du mauvais côté et je n’ose pas imaginer la suite !

Enfin certains espaces de liberté sont situés à des endroits tellement désagréables que je me demande qui peut y emmener son chien, par exemple sur le terre plein central d’une deux fois trois voies… agréable, le bol d’air ! Et reposant !

Bref, ces espaces de liberté répondent sans doute à une intention très louable, mais concrètement ça ne me semble pas très au point… Ou votre chien est obéissant et dans ce cas pourquoi le lâcher précisément à cet endroit plutôt qu’à un autre peut-être mieux adapté, ou il ne l’est pas et dans ce cas il peut facilement se sauver et n’en faire qu’à sa tête…

Une réponse à “L’espace sanitaire canin”

  1. CHATAIN dit :

    Bonjour,
    Le maire vient d’installer un sanitaire canin le long de ma murette , est-ce légal?
    Des réunions publiques ont eu lieu et jamais il a été parlé de ce projet C’est en début de semaine en arrivant du travail que nous avons eu la désagréable surprise de cette construction
    Merci pour vos réponses

Laisser un commentaire