Maladies génétiques du chien

Comme leur nom l’indique, les maladies génétiques se transmettent du parent à l’enfant. Donc si votre chien souffre d’une telle maladie, sachez qu’il la transmettra à sa progéniture. Même si votre chien arrive à vivre avec sa maladie, il n’est pas souhaitable que cette maladie perdure dans les générations suivantes, d’autant plus que les animaux affectés peuvent en souffrir.

La luxation de la rotule

Elle touche surtout les petits chiens, et en particulier les femelles.

Dans la plupart des cas, la maladie est récurrente, mais elle peut aussi être permanente.

Elle se traduit par l’incapacité subite à plier la patte arrière, et donc souvent par le trot sur trois pattes. Si la maladie est liée à une dysplasie (problème de développement osseux), elle peut toucher les deux pattes postérieures.

Ce problème peut être résolu par une intervention chirurgicale, ce qui ne change rien à sa transmission à la descendance du chien.

La dysplasie de la hanche

C’est sans doute la maladie génétique la plus connue chez le chien. On notera qu’elle peut aussi apparaître chez un individu sain à cause d’une alimentation inadaptée durant la croissance du chien : trop riche en protéines ou en vitamines.

Dans le cas d’une telle dysplasie, l’articulation de la hanche est déformée et instable, ce qui est d’autant plus gênant que ces articulations supportent le poids de l’animal et sont indispensables pour sa marche. Les conséquences peuvent aller de la boiterie et des difficultés à se lever à une altération psychologique (chien déprimé, voire agressif).

La dysplasie du coude

Elle se traduit par un manque de cohésion musculaire au niveau du coude. La maladie se déclenche en général suite à un traumatisme au niveau de la patte avant.

Ses symptômes, qui apparaissent généralement entre 4 mois et 1 ans, sont la boiterie et une douleur aiguë.

L’entropion et l’ectropion

Il s’agit respectivement d’un repli d’un paupière inférieure vers l’œil ou d’un relâchement de la paupière vers l’extérieur.

Bien que génétique, elle peut aussi être contractée suite à une conjonctivite ou à un autre problème oculaire.

Elle se traduit par un rougissement de l’œil, d’importants écoulements lacrymaux, une gène face à la lumière, ou encore par des ulcères de la cornée.

Elle peut être soignée par une ou plusieurs interventions chirurgicales.

La cataracte

Comme chez l’homme, c’est une opacité du cristallin de l’œil qui conduit à une diminution de la vue. Elle se traite chirurgicalement.

L’atrophie rétinienne progressive centrale (ARP) ou généralisée (ARPC)

C’est une perte de vision progressive qui conduit irrémédiablement à une cécité totale et incurable. Les quelques traitements sont uniquement palliatifs.

On distingue l’atrophie rétinienne progressive centrale (ARP), qui se déclare en général avant l’âge de 2 ans et où la perte de vision commence au niveau de la vision centrale pour atteindre progressivement la périphérie, et la version généralisée (ARPC), qui peut se déclarer entre 1 et 5 ans, et qui commence par une perte de vision nocturne.

La cryptorchidie et la monorchidie

Comme chez l’homme, ce sont des pathologies testiculaires, qui se traduisent respectivement par l’absence de descente dans le scrotum des deux testicules dans le premier cas, ou d’un seul dans le second cas.

Si l’on peut commencer d’évoquer la maladie au bout de quelques mois, le diagnostic sera confirmé à l’âge de 6 mois.

Si le ou les testicules ne sont pas descendus, c’est qu’ils sont restés au niveau de l’abdomen, où il peut développer des lésions et même provoquer de grave problèmes de santé générale du chien.

Un chien touché par la cryptorchidie sera généralement stérile, ce qui n’est pas le cas d’un chien atteint de monorchidie.

Les commentaires sont fermés.